Les anciens combattants sont des vecteurs précieux de la mémoire auprès de la jeunesse

Journée mémorable pour l’UNC des sections de Valdahon et Vercel car depuis quelques mois, les responsables préparaient cette assemblée générale statutaire et le congrès départemental de l’Union Nationale des Combattants du Doubs.
Les débats et travaux suivis par près de 300 personnes se sont déroulés à l’espace Ménétrier à Valdahon en présence de Jean-Yves Monnin, directeur de l’ONAC, Annie Genevard, députée du Doubs, Albert Grosperrin, président de la com/com des portes du Haut-Doubs et maire de Vercel, Colette Lombard, maire-adjointe représentant M. le maire de Valdahon, Georgette Bertin-Pourchet, président de la République du Sauget, Sylvie LE HIR et Thierry Vernier, conseillers départementaux, le capitaine Balland représentant le colonel Cdt le 13° RG, le lieutenant-Colonel Regnault du centre de formation des militaires de rang de la 7° blindé de Valdahon, le commandant Picaude, du centre de formation (CFIM), le Général Claude Fleury ainsi que Boué, Vuillaume et Ratié de l’UNC du Doubs
Les principaux points abordés furent l’attribution de la carte d’anciens combattants Algérie pour la période 1962-1964 et la modification des statuts afin de leur ajouter une nouvelle désignation, celle de « membre associé ». Cette nouvelle désignation concerne « toutes les personnes qui partagent les valeurs de l’UNC et qui en raison de ses attaches familiales ou de ses compétences souhaite contribuer à la réalisation de ses buts ».
Ces derniers sont entre autres perpétuer le souvenir des combattants morts pour la France et transmettre l’esprit civique.
A l’issue de la réunion statutaire, Thierry Marcigaglia a été décoré de la médaille UNC, Christian Suarez de la médaille UNC argent et Jacques Mathieu de la médaille argent Djebel. La journée s’est ensuite poursuivie par une cérémonie religieuse en l’église de Vercel célébrée par les Pères Francisco et Carrez. Puis devant une nombreuse assistance, le Général Fleury et Gérard Mangin ont procédé à des décorations.

Source ; Est Républicain ; Irène ANRIOT