Une pierre gravée 1559 sur la face Ouest de clocher, atteste de sa construction en ce lieu.
Plusieurs fois incendiées par suite de faits de guerre ou accidentellement, reconstruite après 1718 dans le style du XVIII ème siècle, cette grande église renferme le plus complet exemple de boiseries (aujourd’hui classées) auxquelles rien ne manque, œuvre d’ébénistes vercellois, les Poyard, père et fils.
Le visiteur est frappé dès l’entrée par ses bancs en bois tourné qui sont tous là, par l’existence de ses trois confessionnaux dans le bas de la nef, d’autels latéraux très ornés mais presque sans figure dont la partie centrale est maintenue par des ailerons et dont les devants d’autel comportent au centre de grands rinceaux, des petits médaillons.
On ne peut cependant s’empêcher d’admirer au centre du maître-autel, l’énorme couronne de gloire formée d’un chœur d’anges autour de l’Agneau.
Ce besoin de paraître, d’étonner, c’est bien ce qui nous frappe dans la chaire très monumentale que Blaise Poyard a dressée en 1734. La grosse cuve galbée est ornée de médaillons représentant les évangélistes. Le dossier porte en bas-relief une Sainte Agathe brandissant un sein au bout d’une tenaille, tout cela très encadré d’éléments de décoration.

En septembre 1865, sont placés les vitraux peints de l’église, sortis des ateliers de Mr Mine à Nancy.

Après la rénovation extérieure de 1997, avec un dôme qui retrouve ses tuiles vernissées, la restauration intérieure effectuée en 1999, redonne enfin à notre église son aspect d’origine. Avec ses murs blancs et des boiseries restaurées, ce chef-d’oeuvre du patrimoine local, a enfin retrouvé tout son lustre d’antan.