Paris 2024. Le camp Caporal Alain-Mimoun inauguré au cœur de la capitale

Une prouesse olympique. Après 65 jours de chantier, le camp caporal Alain-Mimoun (1921-2013) a été inauguré, vendredi 5 juillet, sur la pelouse de Reuilly, dans le 12e arrondissement de Paris. Quel autre nom aurait pu être mieux associé à ce camp, que ce héros de l’armée française devenu premier Français champion olympique du marathon lors des Jeux de Melbourne en 1956 ?

La Foire du Trône et ses manèges colorés ont laissé place à des alignements impeccables de chalets gris-noir montés sur pilotis. Surmontées de petits drapeaux bleu blanc rouge, les structures accueillent d’habitude les exposants du Salon du Bourget. Ils ont été transformés en chambrées d’une quinzaine de places chacune. Entre les lits de camp, des paravents laissent un peu d’intimité aux soldats. Pas de fenêtres en revanche, seuls des néons et les portes (laissées ouvertes) aux extrémités permettent d’éclairer la pièce.

Jusqu’à 4 500 militaires

Ils sont 700 militaires de la force Jeux olympiques Sentinelle à avoir d’ores et déjà pris leurs quartiers dans ce camp aux dimensions hors norme. D’une capacité d’accueil de 4 500 soldats, l’enclave militaire est la plus importante construite depuis les récentes opérations extérieures en Afghanistan et en Afrique. Il dépasse de loin le camp de Gao au Mali, qui a abrité jusqu’à 2 000 personnels au plus fort de l’opération Barkhane, jusqu’au départ des dernières troupes françaises du pays en août 2022.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, la Ville Lumière n’avait pas connu tel déploiement d’une force armée en son sein. Répartis sur une quinzaine de sites à Paris et en Île-de-France, 10 000 soldats, l’équivalent d’une division, vont assurer une partie de la sécurisation des Jeux olympiques et paralympiques, avec des patrouilles. Dans les airs, ils seront chargés de la lutte antidrone.

Des nageurs de combat vont inspecter la Seine et les 180 embarcations qui accueilleront les délégations d’athlètes pour la cérémonie d’ouverture des Jeux le 26 juillet prochain. Les soldats du 2ᵉ régiment étranger du génie (2ᵉ REG) de la Légion vont « blanchir » les différents sites, c’est-à-dire vérifier, à l’aide notamment d’équipes cynophiles, la présence d’explosifs. Enfin, 400 soldats seront chargés de la levée des drapeaux lors des 876 cérémonies de remises des médailles des Jeux olympiques et paralympiques.

Une petite ville autonome

Situé au plus près du centre de Paris, le camp Caporal Alain-Mimoun répond à une contrainte de mobilité pour les forces de Sentinelle : « Être à moins de trente minutes d’un site olympique », explique le gouverneur militaire de Paris, le général de corps d’armée Christophe Abad. Depuis le 12e arrondissement, les patrouilles pourront rejoindre le boulevard périphérique ou l’autoroute A4, deux axes majeurs de déplacement.

À l’image d’une petite ville, le camp, alimenté en eau et en électricité, possède une infirmerie, une buanderie (ouverte 7 jours sur 7, où le linge est rendu en 24 heures), des sanitaires (douches et toilettes), des espaces sportifs, ainsi qu’une zone technique pour l’entretien des véhicules. Une antenne permet de capter la 4G. Sur une surface de 31 000 m², le restaurant en occupe 5 000. Un service peut accueillir 2 300 personnes en même temps. « Avec 4 000 militaires à nourrir, on sera à quatre tonnes de nourriture par jour, soit deux semi-remorques », calcule Malik Lartot, chef du site représentant l’économat des armées, l’établissement public chargé de la logistique et du soutien des armées.

Le nombre d’occupants du camp n’atteindra jamais la capacité totale d’accueil, mais doit fluctuer entre 3 800 et 4 200 soldats. Après un pic de 13 700 soldats le 14 Juillet, puis 11 000 prévus pour la cérémonie d’ouverture du 26 juillet, l’effectif de l’opération Sentinelle en région parisienne se stabilise à 10 000. Il descendra après le 11 août, date de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques, avant de remonter à 9 000 soldats un peu avant le 28 août, avec l’ouverture des Jeux paralympiques. Un engagement conséquent pour l’armée française, qui tient à la fois du relais et du marathon.


vercel-villedieu-le-camp.fr est une plateforme numérique qui compile divers communiqués publiés sur internet dont le sujet de prédilection est « Vercel-Villedieu-le-Camp ». Vous pouvez tirer profit de ce papier traitant le sujet « Vercel-Villedieu-le-Camp ». Il est sélectionné par l’équipe vercel-villedieu-le-camp.fr. La chronique a été générée du mieux possible. Vous avez la possibilité d’écrire en utilisant les coordonnées indiquées sur notre site web dans le but d’indiquer des explications sur ce post qui parle du thème « Vercel-Villedieu-le-Camp ». En consultant de temps en temps nos pages de blog vous serez au courant des prochaines publications.